L'humeur du Webmaster - Amicale-Curchod

Amicale CURCHOD
Aller au contenu

L'humeur du Webmaster

Actualités
Un jour du mois d’août au troisième millénaire
 
 
Il y a pas,  mais à 70 ans ou même plus puisque j'en ai 71 passés, il m'arrive de vivre encore des aventures enrichissantes sur l’apprentissage de la connaissance humaine.  
 
Ce matin je monte dans le métro bondé à une station de correspondance.
 
Beaucoup de personnes descendent tandis que d’autres s’engouffrent précipitamment dans la rame.
 
Deux places assises se libèrent devant moi, mais un homme noir et un homme blanc se précipitent pour s'asseoir.
 
Il fait chaud, le métro pue la transpiration, la climatisation est inexistante, tout le monde suffoque.
 
 
Le métro démarre brutalement, les voyageurs debout dont je fais partie sont  inexorablement reflués vers l’arrière. Je me cramponne tant bien que mal avec mes cabas (je reviens du marché) à la barre centrale quand soudain le blanc (trentenaire à mon avis) me dévisage comme si j’étais un extraterrestre venu s’égarer sous terre, puis me demande si je veux m'asseoir tout en restant le cul vissé sur son siège.
 
Avant que j’aie eu le temps de lui répondre l'homme noir d'environ 40 à 50 ans s'est levé et m'a dit tout simplement " Asseyez-vous Monsieur"
 
Tous deux étaient certes fort bien élevés en présence d'un presque vieillard, mais l'un des deux avait reçu nettement plus d'éducation que l'autre et a manifesté spontanément l'élan de son coeur..
 
 
Et après le rassemblement national  des sinistres Le Pen voudrait que le peuple lui accorde ses suffrages ?
 
 
Non mais on va où ?
21 janvier 2019

Belle humeur de l'animateur de ce site !

La fréquentation record de 2018 m'a fait chaud au coeur.
Vous êtes de plus en plus nombreux à venir surfer sur nos pages, peu à peu j'essaie d'apporter des modifications de structure qui, si elles ne sont pas visibles  au premier abord, permettent néanmoins une navigation plus rapide, moins de délai d'attente pour les différents affichages, avec la mise en application immédiate des nombreuses mises à niveau du logiciel de création.
Je publie de nouveaux articles, j'essaie d'être plus réactif lorsque l'on me donne une information, et je tente de réduire le plus possible les délais de parution.
Entre l'animation de notre groupe Amicale et Musée Curchod sur Facebook et la gestion de ce site, j'ai passé plus de 500 heures, oui vous avez bien lu cinq cents heures sur mes différents ordinateurs en 2018 pour essayer de faire revenir nos visiteurs.
Le résultat a été probant, et je continuerai à m'investir dans ce travail qui me passionne.

Vous êtes 43 à faire partie du groupe Amicale et Musée Curchod sur Facebook, c'est bien, nous pouvons être encore plus nombreux.

Richard Pfister, époux de Madeleine Curchod m'apporte son précieux concours pour notre arbre généalogique numérique.
Nous faisons le maximum pour essayer que vous puissiez retrouver votre famille sur écran pour la prochaine assemblée générale à Dommartin fin septembre 2019.
Mais tout ce travail ne se fait pas non plus sans quelques erreurs, et nous les corrigeons au plus tôt quand nous en avons connaissance.
Votre concours nous est précieux.
N'hésitez pas à nous signaler toute anomalie, nous serons heureux de rectifier, car nous comprendrons que vous vous êtes intéressés à notre travail totalement bénévole, et ce sera là notre plus belle récompense !

Yves, toujours en itinérance...


* * * * *


Quelle humeur le webmaster en ce 1er janvier 2018 ?

Pour la fréquentation du groupe Amicale et Mubsée Curchod sur Facebook, bof...(malgré 32 membres  -peu actifs-)  à ce jour

Pour le site internet, pas surexcité à l'analyse du bilan  de 2017...
Lire ci-après
Bon, ben , il faut le reconnaître, 2017 reste une année plus que calme en nombre de visites.
J'en suis déçu, bien que pas surpris...et en prends 'plein la gueule'.
Bien reçu, merci.
Malgré tous les efforts que je fournis, peu de vous interviennent pour me donner du grain à moudre, et comme je n'ai ni la science infuse, ni le temps illimité, ce site, qui pourrait pourtant être une merveilleuse vitrine de notre nom (si seulement vous le souhaitiez et vous y investissiez un tant soit peu), stagne en matière de fréquentation à un niveau digne d'un intéressant reportage sur l'élevage des amibes en milieu suburbain, ou bien sur l'idéologie fanatique passionnante d'un poisson rouge qui tourne en rond dans son bocal en y croyant encore ...bien que ces bestioles n'auraient sans doute aucun mal à me raconter plus d'anecdotes et de souvenirs que ce que vous m'avez confié cette année pour être publié dans ces pages...
En d'autres temps, des Curchod (ou descendants) ont associé notre nom à de grandes réflexions géopolitiques, à la création d'un hospice pour enfants malades (mondialement reconnu aujourd'hui sous le nom d'Hôpital Necker à Paris) ou à des ouvrages de littérature ayant pour certains fait trembler les grandes sommités du monde d'alors.
D'autres ont laissé notre nom à des études scientifiques ou à de grands projets ou bien à des réalisations concrêtes ou encore à des actions médicales  ou des réflexions spirituelles, (et je m'arrête ici car tout énumérer serait bien trop long et fastidieux)  mais aujourd'hui on dirait que, malgré l'acharnement qu'ont porté certains à mettre notre nom en valeur, leurs héritiers, dont vous faites, de près ou de loin, partie, oublient tout simplement de perpétrer la valorisation de notre nom.
Réveillez-vous, nom de Dieu les Curchod, avant que notre nom sombre dans un inacceptable oubli, qu'il devienne un patronyme comme tant d'autres, utilisé au quotidien par des êtres indifférents à leur origine, par des êtres qui bientôt seront les beaufs des robots !
A mon petit niveau, je m'efforce pourtant de donner régulièrement des infos sur la vie de notre amicale et de ses membres, mais effectuer ce travail seul demande un lourd investissement en temps.
J'attends un peu d'aide, des articles ou photos prêts (ou pas) à être insérés.
En plus, un récent incident (qui ne m'a pas permis d'ouvrir le musée le  samedi 30 décembre 2017 comme prévu) vient inopportunément de me le rappeler : j'ai oublié de prévoir d'être immortel...s'il faut penser à tout, où va-t-on ?
Allez les Curchod, à vos claviers, smartphones et autres tablettes !
Investissez-vous dans la vie de notre amicale !
D'avance merci
Yves

PS : pour la 55ème année consécutive, j'ai regardé ou écouté le magnifique concert du nouvel an à Vienne retransmis en Eurovision.
Quel bonheur, quel plaisir chaque 1er janvier !

Et ça m'a mis à nouveau du beaume au coeur.
Maintenant, à vous de me prouver que j'ai raison de croire en l'Homme *  CURCHOD...
* Valable aussi pour toutes les dames CURCHOD !!!

* * * * *
23 février 2017
En matière de fréquentation du site, 2017 démarre bien timidement.
Et c'est bien normal, vu le peu d'activité sur nos pages.
Je reste dans l'attente de vos idées, de vos remarques, de vos suggestions, de vos articles, bref de votre investissement dans la vie de notre amicale.
Ce site ne présente d'intérêt que si vous, amis visiteurs m'adressez des anecdotes, des articles, des informations sur la vie, sur votre entourage, des commentaires sur l'actualité.
Mes différents emplois sont chronophages de manière féroce, j'attends avec impatience votre participation à la vie de notre amicale.
Et  surtout faites de la publicité autour du 700 è de l'arrivée des Curchod en Suisse.
700 è que nous fêterons plus que dignement toute la journée du samedi 29 septembre à Dommartin lors de notre assemblée générale annuelle.
Vous pouvez me joindre par mail : info@curchod.eu ou par (sans) fil au n°  + (0) 41 79 717 83 56.
D'avance merci
Yves
20 juillet 2016

Sinistre 14 juillet à Nice...

Triste 15 juillet pour les Curchod...
Jacqueline nous a quittés pour rejoindre son époux André.
Ils furent les fondateurs de notre amicale, nous leur devons aussi notre musée.

Décidément je ne prends le clavier que pour commenter de bien mauvaises nouvelles.

Le coeur gros, je vous souhaite malgré toute cette tristesse ambiante, de bonnes vacances.
WEBMASTER EN COLERE !
20 juin 2016
En parcourant la presse je découvre avec horreur que de sinistres crétins ont saccagé une partie des vitres de l'hôpital Louis Necker à Paris.
Quelles que puissent être les raisons de cet acte imbécile, il est doublement condamnable : on ne s'en prend pas aux biens matériels publics, à fortiori ceux des endroits où l'on panse, soigne, guérit souvent.
En plus, quel bel exemple de connerie donné à ces enfants qui n'ont pas la chance de se trouver chez eux, ou occupés à toute autre activité de leur âge !
Et s'en prendre au personnel soignant, quelle honte, quelle vilenie !
Pour continuer, je suis d'autant plus furax, que c'est à l'initiative de l'épouse de Louis Necker, Suzanne CURCHOD, que le roi Louis XVI a financé la construction de l'Hospice de charité des paroisses de Saint-Sulpice et du Gros Caillou qui portera dès 1802 le nom du mari de Suzanne.
Aux travers de ces exactions ignobles, notre nom a été attaqué, de la manière la plus vile qu'il soit, et ça, je ne le pardonnerai JAMAIS.

Je vous livre ci-dessous la chronique de Michel Cymes, chirurgien et chroniqueur radio et TV, publiée sur son blog : http://www.allodocteurs.fr/blogs/le-blog-de-michel-cymes/

Le carton rouge de Michel Cymes
Chers casseurs,
Permettez-moi un mot pour exprimer un souhait.
Aujourd'hui vous êtes jeune, révolté mais demain, vous aurez je l'espère un métier et surtout une famille. Vous serez papa. Je vous souhaite de ne jamais recevoir un jour un appel de cette police que vous aimez tant, pour vous avertir que votre enfant a été renversé par une voiture. Qu'il est grièvement blessé, qu'il a été transporté en urgence à l'hôpital et que l'équipe médicale essaye de le sauver au bloc opératoire.
Je vous souhaite de ne jamais faire comme tous les parents, de vous asseoir dans une salle d'attente, angoissé, vous demandant si vous allez revoir votre enfant.
Et pendant cette attente insupportable, vous percevrez peut-être des cris de manifestants au loin... mais vous n'y prêterez pas vraiment attention, votre cerveau de papa ne pensera qu'à son enfant. Jusqu'au moment où vous verrez l'équipe chirurgicale sortir du bloc parceque des gens qui ressemblent à celui que vous étiez il y a quelques années se sont mis à casser les vitres du bloc opératoire dans lequel on essayait de sauver votre enfant.
Et là, je vous souhaite de ne jamais ressentir cette colère qui prend le dessus et qui vous donne envie d'aller casser la gueule aux casseurs...
Allez, un peu de patience, on en reparlera dans quelques années quand vous serez papa...



,
L'entrée de l'hopital rue de Sèvres


Ci dessous une ancienne carte postale de la même entrée

 

2 janvier 2016
 

Mes bien chers,

A l'aube de cette année bissextile, je viens vous apporter tous mes vœux.
 
Tous mes vœux pour que cette longue année fasse somnoler, enfouie au fond de nos pensées, 2015 qui n'a pas été une réussite, tant s'en faut...
 
Des vœux qui ce jour prennent une dimension particulière.

Je souhaite que l'Humain re(?)devienne bon, que la course au profit cesse pour laisser place au bonheur tranquille, que la sérénité remplace l'affolement, que la réflexion conduise à l'apaisement des tensions.
 
Les arbres les plus puissants côtoient les fleurs fragiles et les brins d'herbe minuscules, et tout se passe bien.
 
Certains animaux en tuent d'autres pour manger, ils s'arrêtent lorsqu'ils sont repus.
 
Il n'y a ni religion ni argent dans la nature. Il n’y a que du bon sens et la nécessité de vivre ensemble.
 
Sans doute est-ce pour cette raison que Dame Nature a survécu à toutes les métamorphoses climatiques.
 
Alors pourquoi ne pas l’imiter ?

 Hier j’ai regardé le magnifique concert du nouvel an diffusé sur la petite lucarne (qui devient de plus en plus grande au fur et à mesure que les années passent).
 
C’était superbe, une belle tradition qui perdure depuis 60 ans ou plus, indifférente aux conflits, au prix du baril de pétrole, au climat, aux changements politiques.
 
Puisse cette quasi légende se maintenir au fil du temps !

Une autre mémoire que j’honore est celle de mes parents en continuant l’entretien et l’usage de la voiture familiale, une bonne vieille 504 Peugeot âgée de plus de 43 ans, mais ne totalisant même pas 90 000 km à son compteur. Tout est resté en état d’origine.
 
Je suis fier de savoir que mes fils sauront continuer à la préserver du temps qui passe.
 
Ce qui prouve que si l’on peut respecter le matériel en honorant le passé, on peut envisager l’avenir avec espoir à condition de maintenir de manière immuable certaines valeurs qui ont rendu l’Homme supérieur à l’animal.

Je vous souhaite sincèrement 366 jours de santé, réflexion, bonheur, et prospérité !

Et pour conclure, ce dernier trait d’espoir délivré par Frédéric Pommier sur France Inter lors de sa revue de presse ce samedi 2 janvier à 8 h 30 :

 
 
Que 2016 vous plaise !
 
 
Yves Curchod
 
16 novembre 2015    Même pas peur !      

Face à la barbarie des actes odieux commis vendredi par une bande de crétins illuminés, une seule attitude s'impose : persévérer dans notre vie quotidienne, ne pas refuser d'aller au contact des autres, continuer à sortir, à vivre comme avant, même si nous savons que les souvenirs ne s'estomperont jamais.




8 Janvier 2015

Triste de commenter le début de cette année avec une telle image.
Mais Charlie n'est pas mort.
Ces journalistes, dessinateurs  humoristiques qui ont bercé mes jours depuis que je suis apte à comprendre un peu des choses de la vie, ces hommes et femmes qui m'ont accompagné dans mes doutes, eux qui m'ont réjoui dans ma tristesse, qui m'ont réconforté par leur humour toujours optimiste, je les aime profondément, et ils me manqueront désormais jusqu'à la fin de mes jours.

Notre amicale, empreinte de nos valeurs familiales qui se situent largement au dessus de la haine, du racisme et de toute forme d'obscurantisme, ne peut bien entendu passer ce moment dans le silence.
Charles Curchod, l'un de mes grand-oncles, a participé, il y a plus d'un demi-siècle, à la création de l'Espéranto, langue qui se souhaitait universelle.
Même si elle existe  aujourd'hui de manière confidentielle, elle reflète l'esprit de progrès qui souffle sur notre nom.

Et le coeur lourd, j'esquisse le sourire qui fait face à la vie, et offre au lendemain l'espoir de jours meilleurs.
Je profite aussi de cette tribune pour remercier mes parents de m'avoir élevé dans les principes résolument républicains et laïques, qui me permettent aujourd'hui de faire face à mon clavier pour écrire et répéter qu'il ne faut jamais baisser les bras, même dans les moments les plus difficiles.

La flamme de notre blason brillera toujours, si vous, amis Curchod savez l'entretenir.

Yves de Lyon ... à Dommartin
5 octobre 2014

Il est triste le webmaster, il a perdu son ami André avec lequel il a passé de si bons moments.
Alors il se tourne vers ses souvenirs, ceux qu'André et Jacqueline ont ancré dans une partie de sa mémoire.
Et il retrouve un pâle sourire en repensant à leur virée à Lyon.

Tel un enfant André s'émerveillait de tout, s'enthousiasmait pour les petits bouchons 'canaille' que nous avions fréquentés, a trinqué avec le bistroquet et avalé un verre de blanc râpeux au possible, bien éloigné du velours qu'il nous faisait déguster chez lui.
Tout cela avec le sourire et une soif de découverte quasi insatiable.

Il a souri dans le minuscule trolleybus (made in Suisse) aux couleurs de Guignol et Gnafron, qui dessert la colline de la Croix Rousse, véritable village ambulant escaladant la pente cahin caha, au hasard des arrêts improvisés permettant à la petite mémé du coin de moins avoir à marcher pour retrouver son logis, ou au petit père qui a des difficultés à se déplacer, de ne pas avoir à rejoindre le prochain arrêt.
Il a souri à la convivialité de cette colline, a exprimé sa surprise devant cette vie de village, qu'il ne soupçonnait pas au coeur de la grande ville.

Grand seigneur il a régalé ses guides d'un repas mémorable à l'auberge de 'son pote' Paul Bocuse.

Jacqueline garde d'ailleurs un souvenir mitigé de cette soirée, car le guide s'est mieux conduit à table qu'au volant de sa petite Saxo...
Excuse moi Jacqueline, le Lyonnais conduit comme...un Lyonnais, mais la répression suisse le calme peu à peu !

André, il faut que tu saches que nous allons poursuivre ton oeuvre au travers de cette Amicale, son site et le Musée qui sera bientôt à nouveau ouvert.

Une page spéciale de ce site te sera consacrée, tes enfants m'aideront bientôt à la créer.

Merci André.


Yves de Lyon... à Dommartin


01 01 2014


Bonne humeur du webmaster en ce premier jour de deux mil quatorze, en écoutant et regardant le magnifique Concert du Nouvel An.

Les fautes de frappe du pré-réveillon ont été corrigées ; quelques bulles (pas de champagne) s'étaient subrepticement glissées au travers des pages 'actu' et '28 déc 2013'

Bonne année à tous, santé, prospérité et longue vie à notre belle Amicale !

Yves de Lyon...à Dommartin

22 septembre 2013

Ô chère et onéreuse technologie, quand tu nous tiens...
Quand, d'heure en heure, de jour en jour, de semaine en semaine, cent fois tu te remets sur l'ouvrage, ou bien tu es complètement cinglé, ou bien tu n'as rien d'autre à faire, ou bien, tu n'y connais rien !
Malgré tout persévérance, opiniatreté ont raison des technologies, et cette nouvelle version est là pour le prouver.

Bonne dégustation de notre site !

Mon humeur de ce 6 janvier 2013

Bien le Bonjour !

Je viens de publier, enfin, le billet de notre président qui me l'avait remis le 29 décembre 2012.
Vous devinerez aisément que mon amour immodéré des technologies modernes m'a conduit à installer Windows 8 sur la machine dédiée au site de notre amicale. Cette "amélioration" ne s'est pas faite sans mal, et ce n'est qu'aujourd'hui que le système fonctionne (enfin) correctement.
A mon tour, en ce début d'année, de souhaiter à chacun(e), ainsi qu'à ceux que vous aimez, le meilleur pour 2013.

Puissiez-vous vous retrouver nombreux à parcourir ces pages avec plaisir !

Yves de Lyon... à Dommartin


30 septembre 2012

Ca y est !
Après un été calme sur notre site, l'activité a redémarré, un nouveau souffle anime notre amicale, et les idées surgissent peu à peu.

De nouveaux adhérents, de nouveaux objets exposés au musée (merci aux donateurs) un stamm mis en place régulièrement, concommitemment à l'ouverture du musée, l'amicale prend peu à peu son rythme.

Quel bonheur d'en faire partie !

4 Février 2012

Froid intense, neige et congères sont au rendez-vous du quotidien depuis quelques jours à Dommartin (entre autres) et s'invitent encore pour un peu de temps.
Je vous propose de parcourir quelques kilomètres, tout d'abord de Dommartin à Echallens via Sugnens et retour par Poliez le Grand, avant d'entamer une promenade dans Dommartin.

Merci au conducteur intrépide et au cinéaste, tous deux anonymes, qui ont réalisé ce mini-reportage et l'ont offert à l'Amicale.
Il m'a été précisé que, dans le trajet retour, la caméra a soudain pris un malaise en croisant un véhicule sérigraphié...
No comment !


De Dommartin à Echallens via Sugnens


D'Echallens à Dommartin via Poliez le Grand


Dans notre village


Quel été 2011 !
Je m'en souviendrai !

Notre fournisseur d'accès (Oxito, à propos duquel j'émets toutes les réserves) a subitement euthanasié notre site sans nous avertir de sa décision, alors que notre engagement durait jusqu'en mai 2012, date à laquelle nous avions décidé de nous passer de ses services (médiocres) et de nous faire héberger chez Amen (Agence des médias numériques) dont la fiabilité n'est plus à prouver, et qui a  abrité depuis toujours l'ensemble de mes autres sites.
Grâce à Laura qui m'a informé, j'ai planché pour trouver une solution fiable, Jérôme fut (comme d'habitude) un excellent conseiller technique, et le résultat se développe peu à peu sur votre écran.
Les photos, images et diaporamas reviennent aussi en ligne à leur rythme vaudois, et j'attends toujours vos news.

A samedi 24, il fera beau, a croassé ma grenouille...


Dites, vous avez vu notre châtaignier, comme il se porte bien ?
 
Il est vraiment magnifique, je le surveille quotidiennement depuis ma fenêtre.

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer ces trois photos prises lundi 20 septembre 2010.  
Quel bel arbre, vivant témoignage de la vigueur Curchod !
Tout un symbole...
Il a une de ces santés notre châtaignier !

Merci à Jean-Michel Judlin, qui le chouchoute avec attention.



Quant à ma photo perso, elle ne date pas d'aujourd'hui...Et ma tenue vestimentaire imposée par mes parents, ça me change de mes tee-shirts et jeans troués actuels, non ?
Le bon vieux temps avait du bon aussi...


Le petit Yves de Lyon a bien changé...





Retourner au contenu